Nos villes de Conflans et Tessaoua

Vue générale de Conflans
© AJCT

Conflans-Sainte-Honorine

Ville de 35000 habitants, située à 30 km de la capitale, au confluent, d’où son nom, de la Seine et de l’Oise. C’est en 876 que des moines de Graville, en Normandie, mirent à l’abri les reliques de Sainte Honorine et que la cité acquerrait son nom définitif.

C’est de la préhistoire que remontent les premières traces de vie humaine sur le territoire de Conflans-Sainte-Honorine. Au Moyen-Âge, les villageois vivaient de la pêche et de l’agriculture puis, jusqu’au XIXe siècle de l’agriculture et des carrières dont les pierres servirent à la construction de quelques monuments parisiens ; aujourd’hui, l’industrie à remplacé l’agriculture. Bien qu’en diminution, la batellerie est toujours une activité importante pour la cité.

Vue du port de conflans
© AJCT

De par sa situation, Conflans-Sainte-Honorine est vouée, dès 1855, à la batellerie dont elle est considérée comme la capitale. Chaque année, à la veille de l’été, est célébré « le pardon national de la batellerie » ; à cette occasion, un cortège de bateaux descend la Seine depuis Paris jusqu’au « Pointil » au confluent de la Seine et de l’Oise. Lors de l’arrivée de la procession, la flamme allumée sur la tombe du soldat inconnu à Paris sert à enflammer la vasque du monument aux morts de la batellerie.

Panneau des villes jumelées
© AJCT

En plus de sa participation à la coopération décentralisée avec Tessaoua, Conflans est jumelée à :

  • Hanau en Allemagne ;
  • Chimay en Belgique, aux sources de l’Oise ;
  • Ramsgate en Grande Bretagne ;

Toutes ces villes participent ensemble à des activités locales, entre-autre au marché du terroir en décembre.

La ville possède un riche patrimoine historique :

Eglise-Saint-Maclou
© AJCT – Eglise Saint Maclou
  • L’église saint Maclou date de la fin du XIe siècle.
  • La tour Montjoie, dernier vestige du château dit « la Baronnie », de par sa situation sur un éperon rocheux a été longtemps destinée à la surveillance de la Seine. Sa construction remonte également au XIe siècle.
  • Le musée de la batellerie est abrité par le château du prieuré, ancien logis prieurial construit en 1869.

La ville de Conflans-Sainte-Honorine se trouve dans les Yvelines en région Île de France.
Les 2/3 de sa superficie totale d’environ 1000 hectares occupent l’espace urbain ; l’espace rural en constante diminution occupant le tiers restant.

Pour plus d’information sur Conflans-Sainte-Honorine, consulter le site de la commune.

 

marché de TessaouaLe Niger

Les religions principales sont l’islam et les cultes traditionnels. Un habitant du Niger a un revenu annuel de 170€, c’est un des pays les plus pauvres du monde selon le classement PNUD. D’une superficie de 1267 000 km2, soit 2,3 fois la France, le Niger compte 20,7 millions d’habitants (estimation 2017). Une population de 16 habitants au km2 principalement des Haoussas, des Djermas, des Peuls, et des Touaregs. La mortalité infantile est élevée dans ce pays d’Afrique, environ 1 enfant sur 4 meurt avant l’âge de 5 ans. Les femmes ont en moyenne 7 enfants. 40 % de leurs enfants sont scolarisés dont 25 % seulement sont des filles.

 

panneau d'entrèe dans la ville de TessaouaLa ville de Tessaoua

Sur la route des caravanes qui reliaient les cités Haoussas à la Méditerranée à travers le Sahara, Tessaoua est l’ancienne capitale d’un grand sultanat. Aujourd’hui, si le Chef traditionnel est toujours là, cette ville du Sahel nigerien est aussi commune urbaine et préfecture.

Située à près de 800 km de Niamey, par « le goudron », qui mène jusqu’au lac Tchad, Tessaoua est à égale distance ou presque (115-120 Km) de Maradi et Zinder, deux autres métropoles économiques du Niger.

Tessaoua est bâtie, de « banco » (briques d’argiles séchées au soleil) et de sable, autour de 17 « mares » qui sont à la fois sa raison d’être et son principal fléau (vecteur de maladies).

Principalement musulmane, la région compte quelques animistes et quelques chrétiens.

Tessaoua vit essentiellement de l’agriculture (mil, sorgho, sésame, niébé, et cultures de contre-saison), de l’élevage (bovins, ovins, chevaux, chameaux) pratiqué en particulier par les peuls, de l’artisanat (forge, poterie), et surtout du commerce (avec le Nigeria), spécialité Haoussa.

Il y a 45 000 habitants intra muros avec une communauté urbaine de 150 000 habitants. La population se compose d’Haoussas, de Peuls et de quelques Touaregs. La langue officielle de cette ville est le français, mais l’usuelle c’est le haoussa.

L’espérance de vie à Tessaoua est de 46 ans. De très nombreuses infections mortelles ou fortement handicapantes font des ravages, comme le paludisme, la dysenterie, ou encore la poliomyélite, bilharziose, bronchites pneumonies, rougeole…